jeûne hydrique

Jeûne hydrique de 5 jours : mes retours d’expérience

podcast

Suite à mon article sur les différents types de jeûnes et leurs bienfaits, j’ai décidé de refaire un jeûne de 5 jours à l’eau (jeûne hydrique) et de tout noter pour vous faire part de mon retour d’expérience et que vous puissiez savoir ce qui se passe avant, pendant les 5 jours, et après.

Bonne nouvelle, si j’écris cet article, c’est que j’ai survécu :). Et puis, si ça vous dit, je vous recommande ce reportage ARTE très bien fait sur le jeûne hydrique, qui saura vous en dire plus et vous rassurer sur le processus. (Si le lien ne fonctionne plus, tapez “arte le jeune nouvelle thérapie” dans la recherche sur Youtube.

J(eûne) – 3 : préparation

3 jours avant de commencer ce jeûne hydrique, j’ai :

  • arrêté la viande, afin que ça ne fermente pas dans les intestins, toutes viandes devraient être évacuées dans les 3 jours.
  • arrêté l’alcool, je ne suis pas un grand buveur mais je n’ai rien bu du tout 3 jours avant,
  • ralenti les sucres inutiles, comme les biscuits, gâteaux, desserts, glaces, fruits sucrés, etc… Le but est de commencer à réduire les réserves de sucres, ça rend le jeûne encore plus efficace et rapide.
  • réduit légèrement la quantité de nourriture à chaque repas, pour commencer à habituer le corps à recevoir moins de nutriments.
  • arrêté les 3 derniers petits-déjeuners, histoire d’éviter de manger du sucre inutilement, et pour commencer le jeûne hydrique avec un jeûne intermittent.

C’est tout, pas plus de contraintes. Certains font une descente alimentaire de 10 jours, perso je ne trouve pas que ce soit nécessaire. J’ai commencé le jeûne après le dernier diner, donc un soir après le dernier repas de la journée.

J’ai fais le vide dans le frigo pour ne pas avoir de tentations. J’ai rangé les aliments qui étaient à vue dans des placards fermés, et je suis allé m’acheter des bouteilles d’eau pour avoir une idée de ce que je bois avec comme objectif, environ 2L par jour. Comment savoir si vous buvez assez ? L’urine doit rester claire, ça aide à détoxifier. Si l’urine est foncée, c’est que vous ne buvez pas assez.

Jour 1

Lors du jour 1, puisqu’il n’y a plus de nouvel apport via la nourriture, il faut savoir que le corps, qui a besoin de beaucoup de glucides, va aller chercher ses glucides dans les réserves stockées dans le corps. Le premier jour n’implique donc pas de processus particulier du corps.

J’ai bien dormi, mais c’était une nuit normale pour cette première. Pas de sensation de faim jusque midi où ça a commencé. C’est facile de ne pas manger à ce premier repas.
La faim disparait dans l’après-midi et revient le soir juste avant le diner. C’est assez normal, le corps a ses habitudes.
Bref, le jour 1, facile, quelques sensations de faim mais ça a été facile de se passer des repas.

Le soir, je me sens bien, léger et plutôt en forme. J’en ai profité pour faire quelques exercices sportifs pour informer mon corps de conserver les muscles et de puiser dans les graisses.

Jour 2

Au jour 2, les réserves de sucres (glucoses) nécessaire au fonctionnement du corps s’épuisent. Le corps va donc commencer à puiser dans les protéines au niveau du foie et des muscles.

J’ai moins bien dormi, réveillé plusieurs fois et beaucoup de rêves.
Le matin, je suis allé courir, toujours dans le but d’informer mon corps de conserver un maximum les muscles et de piocher dans les graisses. Ça a été une séance difficile, je me sentais lourd et mou, surtout les 20 premières minutes. J’ai eu rapidement assez chaud. Au bout de 20 minutes, tout était revenu quasiment à la normale.

Je n’ai pas eu plus faim que ça, à ma grande surprise, et je ne rêvais pas de repas ou de hamburger comme la foi précédente.
L’après-midi, je suis allé marcher, et me suis reposé. Ce 2ème jour est passé plutôt vite malgré le fait que, sans repas, on gagne environ 4 heures de vie par jour, et que les journées sont donc beaucoup plus longues. Par habitude, je m’organisais comme si il y avait les repas, mais je pouvais faire autre chose pendant ces temps-là. C’est appréciable.

jeûne eau

Jour 3

Au jour 3, le corps commence à préserver les muscles (comme le cœur est un muscle), et commence donc le processus de cétose. C’est à dire qu’il va puiser dans les graisses pour les convertir en un substitue au glucose, nécessaire pour la survie du corps.

La nuit a été plus difficile, j’ai eu du mal à m’endormir, et je me suis réveillé au moins 2x deux heures. J’ai commencé à avoir chaud, quelques douleurs aux jambes et un peu mal à la tête. Je me suis réveillé un peu nauséeux, et plutôt très mou et fatigué. Les jambes et les muscles très mous.

J’ai fait quelques exercices physiques, toujours dans le même but. Je n’ai pas forcément faim bien qu’il y ait comme un grand vide au niveau de mon estomac. Le corps est lourd et chaque mouvement est pesant. Je suis allé marché 30 minutes d’un bon pas, ça a calmé les lourdeurs aux jambes et le mal de tête. Je me pose sur l’ordi pour commencer à écrire cet article, et ça va plutôt bien.
Je me sens plutôt bien en fin de journée.

Jour 4

Au jour 4, le corps puise les réserves de graisse en majorité pour générer de l’énergie. Il passe maintenant en mode réparation. Les cellules étrangères ou qui ne sont pas bonnes pour l’organisme commencent à être consommées. C’est la phase d’autophagie qui commence. Le corps se débarrasse de tout ce qui n’est pas utile ou bénéfique.

Nuit chaotique… Je n’ai pas dormi une minute. Une belle insomnie. J’ai commencé à avoir des douleurs aux reins, jambes et à la tête. Rien d’insupportable mais suffisamment gênant pour m’empêcher de dormir. Je me lève avec de grosses courbatures aux mollets et je transpire pas mal. Je me sens super mal.
Je suis allé marcher 30 minutes, ça m’a fait du bien. Toujours pas de sensation de faim ou de rêve de bouffe ingérable. C’est assez étonnant, niveau faim et envie de manger, c’est plutôt facile.

Je fais mes quelques exercices sportifs du jour, c’est encore plus dur, mais j’y arrive.
Je ne maigris pas trop, je ne me suis pas pesé parce que je ne veux pas regarder ça. Mais l’aspect général de mon corps reste normal. J’ai perdu un peu de graisse ici et là mais pas assez où je le souhaite :).

Le soir, je me sens faible mais plutôt bien. Je commence à avoir vraiment très faim, et c’est plus au niveau de l’estomac que de la tête que ça se manifeste.

Jour 5

Le 5ème jour, le corps continue le processus de nettoyage, d’autophagie, et de guérison profonde. N’étant pas focalisé sur la digestion, toute ses ressources sont allouées à la réparation du corps.

J’ai un petit peu mieux (disons moins mal) dormi. Peut-être 4h en tout, en 3x. C’est pas la joie.
Mes douleurs aux reins et aux jambes se sont estompées dans la nuit et j’ai du m’écouter des audios soporifiques pour m’endormir. Je n’ai trouvé aucune autre technique.

Je me sens trop faible pour faire des exercices sportifs, tant pis, c’est le dernier jour. A priori, ce soir je fais mon premier repas.
Je me sens mieux ce matin, on dirait que la crise cétonique est passé.
J’ai essayé d’aller marcher mais je me sens assez faible, alors ça n’a pas duré longtemps.

Mon premier repas d’après jeune, est à base de soupe de courgettes, lentilles, champignons, avec quelques cacahuètes et cajous dedans pour les protéines.

jeûne reprise

Fin du jeûne (3 jours de reprise alimentaire)

J’ai quand même mieux dormi cette nuit, beaucoup de mal à m’endormir mais ça a été mieux en milieux de nuit. Encore quelques douleurs aux reins subsistent.

En fin de jeûne, la reprise alimentaire doit se faire en douceur.

J’ai décidé de commencer par des soupes de légumes à faible Indice Glycémique (IG). Par exemple, courgettes, haricots verts, et petits pois cuits. Il faut éviter d’ajouter du sel, et éviter de manger trop sucré trop vite (indice IG élevé) car le corps, ayant été en manque, pourrait très vite restocker les sucres en graisse. Ce n’est pas le but. Il faut réhabituer le corps à manger sain, et ne pas stocker. Il convient de bien mâcher, insaliver et manger doucement et en petite quantité.
Quelques cacahuètes, noix, noix de cajous et graines riches en protéine accompagneront mes repas pour refaire le plein de protéines.

Bilan

Mon bilan de ce jeûne est finalement assez mitigé. Je vais vous expliquer en quoi.
À presque 40 ans, il faut savoir que j’ai fait ce jeûne pour plusieurs raisons :

  • Une détox générale du corps
  • Perdre un peu de graisses disgracieuses à certains endroits
  • Récupérer une vue parfaite (ma vue est plutôt bien, mais je voulais revenir à mon 12/10 à chaque œil et j’avais entendu que ce jeûne pouvait aider.)
  • Améliorer l’aspect de ma peau à certains endroits
  • Me débarrasser d’une petite toux résiduelle chronique qui dure un peu trop
  • Vivre cette expérience, et cette discipline qu’est le jeûne, tout en conservant la ferme intention de l’amener au bout
  • Le tout sans perdre trop de muscle

Voyons ce qu’il en est…

Les aspects moins positifs

J’ai réussi à perdre un peu de graisse, mais pas tant que ça, cet aspect est donc mitigé et j’espérais perdre beaucoup plus.
Ma vue s’est légèrement améliorée, mais rien de fou.
Rien a changé au niveau de ma peau.
Et j’ai quand même perdu un peu de muscles, mais je pense que le fait d’informer mes muscles par des exercices  quotidiens a bien aidé.
Même 36h après le jeune, je me sens encore bien mou.

Maintenant, il faut avouer que l’expérience est assez horrible, surtout à partir du 3ème jour. Entre les douleurs, les insomnies, et la fatigue, c’était vraiment pas un moment agréable. Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? Grande question…

Les aspects positifs

Je suis plutôt content du “challenge”, tenir 5 jours sans manger requiert une certaine discipline et persévérance. Je n’ai même pas bu un bouillon ou un jus de citron comme certain le font. J’ai tenu ! Clap Clap Clap !

Ma vue s’est légèrement améliorer, ce qui est plutôt pas mal.
Ma toux a complètement disparu, pourvu que ça dure !
Je pense que j’ai effectué une bonne détox, ça se sentait à l’odeur de la transpiration. Oui je sais, c’est pas glamour mais c’est comme ça que ça se passe !
J’ai perdu quand même un peu de graisse, ce qui resculte un peu mon corps. Il va falloir reprendre le sport assez vite mais je n’ai pas la force juste après.

Un aspect intéressant, la privation n’a pas généré de faim impossible à surmonter, je n’ai pas rêvé de nourriture, et la reprise alimentaire est une expérience très agréable. Cela permet de manger doucement, pas trop, et d’apprécier chaque bouchée. Et ça, ça vaut le coup. Je peux maintenant reprendre des habitudes saines car mon corps n’a plus envie de toute cette nourriture préparée par les industries alimentaires.

Voilà, vous savez à peu près tout,
à vous de voir maintenant si vous voulez vous lancer !

Panier
Retour en haut